histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  in bas des marches du lycée (06/07/2018)
  Carnet des salaires du fond Fosse 6 de Bruay (13/06/2018)
  la méthode assimil (12/06/2018)
  Lens, fresque d'un mineur pont Cézarine (05/06/2018)
  La Poste (04/06/2018)
  Montreuil sur mer (01/06/2018)
  Fortuné et sin patois qui canto (29/05/2018)
  le bébé rose (26/05/2018)
  Pourquo qui drache au mos d’mai ? (21/05/2018)
  Colbert Bonaventure mineur de fond (20/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 2 (13/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 1 (13/05/2018)
  fin des multiplex le samedi au soir (07/05/2018)
  ouf merci Aspro in a pas tout perdu (01/05/2018)
  ch' pain (01/05/2018)
  la Piscine Salengro (29/04/2018)
  el piscine ed Bruay din l'commissaire Magellan (29/04/2018)
  ch'est du gardin (22/04/2018)
  dins zin gardin à Bruay y a queques temps partie 1 (14/04/2018)
  a sunday in hell (08/04/2018)
  te radotes (03/04/2018)
  Il y a 70 ans...déjà... (02/04/2018)
  ne jette pas ça malheureusse (30/03/2018)
  le rassaquache (29/03/2018)
  un souvenir des mutilés de guerre (25/03/2018)
  les mutilés de guerre (23/03/2018)
  Eul marchand d'carbon (23/03/2018)
  chanson Eum' petit' Brouette (23/03/2018)
  la porte de la pièce de devant (19/03/2018)
  le jeu d'bidets (17/03/2018)
  in pouvo pas finir ch' sujet comme cha (14/03/2018)
  vlà la terreur (14/03/2018)
  ch' buffet (12/03/2018)
  ché pinsions et l' facteur (10/03/2018)
  Al bonne fay ed Berlincourt-el Cauroy (09/03/2018)
  Le passé (08/03/2018)
  le boulodrome suite et fin (08/03/2018)
  le boulodrome (06/03/2018)
  des gouettes (05/03/2018)
  un autre fourneau à buée (04/03/2018)
  fourneau de buée cité des Électriciens (01/03/2018)
  ch' carbon in sac ou en vrac (27/02/2018)
  l'amicale des anciens de Carnot fête ses 80 ans (26/02/2018)
  plaque commémorative (26/02/2018)
  la plus pitite mason des houillères (24/02/2018)
  au cimetière du 3. (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Document sans titre

Les marocains
le : 19/01/2008 par : kiki

Les marocains

Le recrutement d’agents d’origine marocaine a été arrêté en 1977. De 1956 à cette date , il a concerné 78. 000 ouvriers-employés sous contrat, dans le bassin du Nord et du Pas-de-Calais. En 1980, le statut du mineur a été accordé aux mineurs marocains. Alors , ont eu lieu un grand nombre de regroupements familiaux.
Les ouvriers marocains séjournaient au centre d’accueil des Noyelles-sous-Lens pendant une période de quatre semaines . Ils bénéficiaient d’une préformation en mine-image et en atelier qui consistait essentiellement à leur inculquer les gestes de base des travaux d’abattage et de soutènement, ainsi qu’à les initier aux règles de sécurité propres aux travaux du fond. L’audio-visuel étant bien sur, commenté en arabe.

Us et coutumes
Durant leur stage, ils participaient également à une formation linguistique à raison de quatre heures par jour. Ce stage terminé, ils étaient affectés à un siège d’exploitation où ils poursuivaient leur formation sur le tas, par petits groupes (quatre à cinq personnes) encadrés par un moniteur marocain.
Au terme du sixième mois, les mineurs bénéficiaient d’une promotion et pouvaient alors être normalement employés dans les chantiers du fond.
Logés par les houillères dans des cités situées à proximité des sièges d’exploitation, telle la cité Saint-Paul à Carvin, et après leur travail, les mineurs marocains, du moins pour la plupart d’entre eux, retrouvaient leurs traditions, s’habillant et vivant selon les us et coutumes de leurs pays d’origine.
De 2092 ouvriers de fond qu’ils étaient en 1960, ils passèrent à 11 558 en 1965 pour n’être plus que 281 à la fin d’octobre dernier.
Enfin, pour être complet sur ce sujet, on ne saurait passer sous silence la fameuse grève des mineurs marocains qui débuta en octobre 87 et qui dura deux mois…

Voix du Nord 22 Déc 1990.


 

Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |