histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 2 (16/01/2019)
  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 1 (15/01/2019)
  Bruay, aujourd hui et demain (13/01/2019)
  Bruay, la réaction face aux grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, l'arrivée des grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, sa géographie (13/01/2019)
  Bruay, sa géologie (13/01/2019)
  la Renault 12 (06/01/2019)
  Les étrennaches 2ième partie : chés sous (06/01/2019)
  ch' ruau (05/01/2019)
  Al boéte ed Noë 2e partie (04/01/2019)
  Les étrennaches 1ère partie : chés gins (01/01/2019)
  ch' vieux nounours ... (01/01/2019)
  Le catéchisme avec l’abbé Grard rue de Ranchicourt (29/12/2018)
  in l appelo poudingue al' mason (23/12/2018)
  la Noël (22/12/2018)
  cha vous fait pas ''drole'' (22/12/2018)
  Sapin et crêche de Noël (19/12/2018)
  Al boéte ed noë (19/12/2018)
  in s installo comme au cinéma (15/12/2018)
  vlà ch' garde ... (15/12/2018)
  ch' fourneau partie 4 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 3 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 2 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
trente ans de travail au fond (1)
par kiki le, 04/08/2007  

Relais le magazine mensuel de la règion minière du Nord-Pas-De-Calais N° 100 de Janvier 1978

Suite:

Au retour du service ?
Je suis retourné à l'abattage. Quelquefois, lorsque les teneurs étaient trop fortes et qu'on ne pouvait pas buquer, il fallait faire les montagnes au piqueur. On me désignait. J'avais un privilège : on me disait " tu choisis deux gars" et on y allait. Mais en taille, on n'a jamais rigolé. Bien sûr , on gagnait de l'argent. Mais on avait de bons ouvriers. Nous faisions un travail sérieux. Il y avait le remblayage pneumatique et il ne fallait pas que le boisage clippe. Les ouvriers étaient tous des "mordants". On courait dans les bowettes. Il fallait finir la havée au poste du matin car l'après-midi c'était les changements d'installation du blindé. Si la havée n'était pas terminée, on devait déplacer le personnel et installer de nuit. Quand il y avait des arrêts de taille, il fallait rattraper. Alors on courait et on travaillait au maximum jusqu'à la dernière minute.

C'était du travail individuel ?
Non, on faisait génèralement équipe à deux, en particulier pour tout ce qui concerne le boisage, surtout en grande ouverture. Nous allions chercher les bois nous-mêmes en tête de taille. Pour avoir le meilleur matériel on faisait parfois 1 km. Il y avait de la concurrence. Il fallait être au moins deux, surtout l'hiver lorsque vous avez des bois de 4 mètres et qu'ils sont mouillés.

Et maintenant ?
Maintenant, je suis chef d'équipe de préparation de décadrage à la fosse 3/15 où j'ai été muté après la fermeture de la fosse 21, j'étais dans l'équipe " de bloc", celle qui était capable de tout faire : préparation de taille, installations,démantêlement. J'ai fait un peu de tout sauf about. Je n'ai cependant jamais travaillé dans les tailles à boisage marchant. J'ai travaillé en pied de taille comme nicheur. Mais je n'ai jamais confectionné de piles ni conduit de rabot sauf pour des manoeuvres. J'ai été aussi chef de poste dans les chantiers de montage, traceur mais toujours au piqueur puis chef de poste dans les éboulements.

A suivre


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 2 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |