histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  ch'est du gardin (22/04/2018)
  dins zin gardin à Bruay y a queques temps partie 1 (14/04/2018)
  a sunday in hell (08/04/2018)
  te radotes (03/04/2018)
  Il y a 70 ans...déjà... (02/04/2018)
  ne jette pas ça malheureusse (30/03/2018)
  le rassaquache (29/03/2018)
  un souvenir des mutilés de guerre (25/03/2018)
  les mutilés de guerre (23/03/2018)
  Eul marchand d'carbon (23/03/2018)
  chanson Eum' petit' Brouette (23/03/2018)
  la porte de la pièce de devant (19/03/2018)
  le jeu d'bidets (17/03/2018)
  in pouvo pas finir ch' sujet comme cha (14/03/2018)
  vlà la terreur (14/03/2018)
  ch' buffet (12/03/2018)
  ché pinsions et l' facteur (10/03/2018)
  Al bonne fay ed Berlincourt-el Cauroy (09/03/2018)
  Le passé (08/03/2018)
  le boulodrome suite et fin (08/03/2018)
  le boulodrome (06/03/2018)
  des gouettes (05/03/2018)
  un autre fourneau à buée (04/03/2018)
  fourneau de buée cité des Électriciens (01/03/2018)
  ch' carbon in sac ou en vrac (27/02/2018)
  l'amicale des anciens de Carnot fête ses 80 ans (26/02/2018)
  plaque commémorative (26/02/2018)
  la plus pitite mason des houillères (24/02/2018)
  au cimetière du 3. (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
descente d'une cage au fond au début du XX ème siècle
par PAILLART André le, 07/12/2008  

Cette photo d'époque, que je vous adresse en annexe, se passe, logiquement de tous commentaires....
Cependant, je tiens à vous apporter quelques explications historiques.
Vous pouvez constater sur cette dernière, dans quelles conditions, à l'époque, les mineurs de notre région, étaient amenés aux différents accrochages du fond d'où, ils rejoignaient les différents chantiers auxquels ils étaient affectés.
Sur ce cliché d'époque, on distingue une cage à trois niveaux et six compartiments qui descendait jusque 120 hommes à la fois à la vitesse vertigineuse, de 12 mètres à la seconde soit un peu plus de 43 kilomètres à l'heure à la verticale presque sans descellération... et en position accroupie pour tous, serrés à outrance les uns contre les autres.
Comme vous pouvez le voir sur cette photo, certains compartiments ne sont même pas équipés d'une barrière de sécurité, mais d'une simple chaîne attachée à un clou, pour une descente dans le puits à plusieurs centaines de mètres de profondeur depuis la recette d'encagement avec un espacement compris entre 60 à 80 cm du cuvelage du puits!...
Quelques années auparavant, les mineurs empruntaient ces cages dans des berlines par groupes de quatre, soit 48 par manoeuvre, mais très vite, les compagnies minières, jugèrent que les temps de descente et d'ascension des cages réduisaient la productivité associée au temps de travail au fond car un nombre insuffisant de mineurs, y descendait à chaque cordée.

Ils décidèrent en conséquence d'abolir ce mode de transport, jugé beaucoup trop non rentable, pour adopter ce transport collectif de masse, sans se soucier des conditions de confort, mais surtout de sécurité de leurs employés....

On déplora dans notre région, de nombreux accidents de cage, où les barrières de sécurité cédèrent, devant une telle affluence, propulsant des mineurs entassés dans le précipice du puits.
Dans les années 30, on décida de concevoir et d'utiliser des cages d'avantage ergonomiques, où les mineurs descendaient debout en nombre limité dans ces dernières avec des dispositifs de sécurité, sur lesquels je reviendrai sur des prochains articles, et ce, jusqu'à la fin de l'exploitation des mines de notre région....

par Marie-Claire le, 07/12/2008

Cette photo fait froid dans le dos, on réalise des terribles conditions de travail de cette époque, et dire que ces cages représentaient déjà un énorme progrès par rapport aux descentes par les échelles ...


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |