histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
descente d'une cage au fond au début du XX ème siècle
par PAILLART André le, 07/12/2008  

Cette photo d'époque, que je vous adresse en annexe, se passe, logiquement de tous commentaires....
Cependant, je tiens à vous apporter quelques explications historiques.
Vous pouvez constater sur cette dernière, dans quelles conditions, à l'époque, les mineurs de notre région, étaient amenés aux différents accrochages du fond d'où, ils rejoignaient les différents chantiers auxquels ils étaient affectés.
Sur ce cliché d'époque, on distingue une cage à trois niveaux et six compartiments qui descendait jusque 120 hommes à la fois à la vitesse vertigineuse, de 12 mètres à la seconde soit un peu plus de 43 kilomètres à l'heure à la verticale presque sans descellération... et en position accroupie pour tous, serrés à outrance les uns contre les autres.
Comme vous pouvez le voir sur cette photo, certains compartiments ne sont même pas équipés d'une barrière de sécurité, mais d'une simple chaîne attachée à un clou, pour une descente dans le puits à plusieurs centaines de mètres de profondeur depuis la recette d'encagement avec un espacement compris entre 60 à 80 cm du cuvelage du puits!...
Quelques années auparavant, les mineurs empruntaient ces cages dans des berlines par groupes de quatre, soit 48 par manoeuvre, mais très vite, les compagnies minières, jugèrent que les temps de descente et d'ascension des cages réduisaient la productivité associée au temps de travail au fond car un nombre insuffisant de mineurs, y descendait à chaque cordée.

Ils décidèrent en conséquence d'abolir ce mode de transport, jugé beaucoup trop non rentable, pour adopter ce transport collectif de masse, sans se soucier des conditions de confort, mais surtout de sécurité de leurs employés....

On déplora dans notre région, de nombreux accidents de cage, où les barrières de sécurité cédèrent, devant une telle affluence, propulsant des mineurs entassés dans le précipice du puits.
Dans les années 30, on décida de concevoir et d'utiliser des cages d'avantage ergonomiques, où les mineurs descendaient debout en nombre limité dans ces dernières avec des dispositifs de sécurité, sur lesquels je reviendrai sur des prochains articles, et ce, jusqu'à la fin de l'exploitation des mines de notre région....

par Marie-Claire le, 07/12/2008

Cette photo fait froid dans le dos, on réalise des terribles conditions de travail de cette époque, et dire que ces cages représentaient déjà un énorme progrès par rapport aux descentes par les échelles ...


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |