histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
la fosse 4/5 Sud-Maroc de Méricourt
par Marir Daniel le, 17/05/2009  

La Compagnie des Mines de Drocourt entreprend le fonçage en 1909 du puits n°4, puis du n°5 sur un riche gisement de charbons gras qui s'avère très grisouteux. L'extraction débute en 1911.
En 1954, une installation de captage du grisou permet des conditions de travail au fond moins risquées. Ce gaz est envoyé par tuyauteries à la cokerie de Drocourt où il est brulé dans des fours à coke. Cette année là, un grand chevalet à molettes superposées équipe le puits n°5, une nouvelle machine d'extraction de 3500cv à poulie Koepe remplace l'ancienne, au fond les nouvelles berlines ont une capacité de 2800 litres.
Octobre 1955, la production reprend, la fosse 2 Sud à Rouvroy y est concentrée, et ne sert plus qu'au retour d'air et comme puits de secours.
En 1957, la fosse 4/5 Sud remonte 2200tonnes par jour, l'extraction se faisant par le puits 5, la circulation du personnel et du matérel par le 4.
11 février 1958, vers 6h45 du matin, 11 mineurs empruntent une cage de bure entre les étages -900 et -770 m, au cours de la remonte la cage, brutalement, tombe en chute libre.
Il n'y aura aucun survivant. La rupture de l'arbre du treuil est la cause de ce drame.
La fosse emporte des prix régionaux de productivité gràce aux veines Alfred et Lazare.
Dès 1968 les 1090 mineurs produisent en moyenne 2000 tonnes/jour soit 500.000 tonnes annuelles.

En 1975, la fosse est rattachée au 3/15 et extrait entre les niveaux -1000 et -1100m. Malgré la ventilation réfrigérée, les chantiers en front de voie ou de taille ont une température de 30°c.
Par décision des HBNPC, la fosse exploite les stots de sécurité du siège 3/15, entrainant la fin de l'extraction de celui-ci en 1983 et seulement le service jusqu'en 1985.
Le charbon remonte alors par le puits n°5 à l'aide de skips, et concerne tout le gisement des gras de Courrières.
Mars 1988, la fosse ferme, le puits 4 est serrementé au cours de l'été et comporte une tuyauterie de captage du grisou, il était profond de 995m.
Quant au puits 5, profond de 1012 m, il est remblayé en novembre.
En juin et juillet 1990, les 2 chevalets sont abattus, commence alors le démantèlement des installations de surface.
Production totale : 19.466.000 tonnes nettes.

En photos : la fosse en activité et sa destruction en 1990

par APPHIM le, 21/05/2009

Bonjour,
A ce propos, je vous invite à regarder la vidéo que j'ai faite en souvenir de la Fosse 4/5 Sud de Méricourt.
Copiez ce lien, http://www.youtube.com/watch?v=FFC1FtXr3O0
A bientôt.


  ( 4 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |