histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  ché vints d Artois... (12/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)
  Charlotte dins l' cuisine (24/11/2017)
  ch' baril multifonctions 1 (14/11/2017)
  ch' baril multifonctions ... (14/11/2017)
  arrivée d' la télé et demandez le programme 3 (13/11/2017)
  arrivée de la télé et demandez le programme 2 (13/11/2017)
  arrivée de la télé et demandez le programme 1 (13/11/2017)
  arrivée de la télé et demandez le programme (13/11/2017)
  les Ch'tites souris (12/11/2017)
  cor heureux qu in avo du sape (12/11/2017)
  du grr au ploc ploc en passant par le vroum vroum 2 (09/11/2017)
  du grr au ploc ploc en passant par le vroum vroum 1 (09/11/2017)
  du grrr au ploc ploc in passant par le vroum vroum (09/11/2017)
  pour la soif .... (08/11/2017)
  merci Aspro (08/11/2017)
  à chaque époque s' magie ... (06/11/2017)
  Riquiqui et Roudoudou (06/11/2017)
  les disques à histoires (05/11/2017)
  l'essoreusse à linche (03/11/2017)
  sujet marronnier (02/11/2017)
  les Killtoïds (29/10/2017)
  mets tes basquettes (29/10/2017)
  le velours de l estomaque (24/10/2017)
  gueule à chuque (23/10/2017)
  la magie du taquin (22/10/2017)
  la mort sous l' cagnard (19/10/2017)
  tampons scolaires (18/10/2017)
  Chrysanthèmes (18/10/2017)
  sauf..... (16/10/2017)
  Eune goutte d' jus (photo) (15/10/2017)
  Dins chés caffes (03/10/2017)
  l' framacie (03/10/2017)
  ché chuques à mon Maréchal (02/10/2017)
  du byrrh au visqui (02/10/2017)
  la joie des jeunes (27/09/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...
 Mégane ( 08/09/2017)
Bonjour, Habitant ...
 FRYHTAN ( 30/06/2017)
Bonjour à toutes et ...
 Pascalou ( 25/06/2017)
Bonjour à tous, je v...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Lorette 2ème partie
par bourdonb le, 28/08/2005  

Courant mars 1915, entre Français et Allemands, la lutte reprend plus vive que jamais. Le 15, le commandant Dupont lance deux de ses compagnies à l'assaut du Grand Eperon du plateau de Lorette. Le capitaine Maire et les hommes de sa Cie enlèvent les tranchées sur la crête ; il tombe mortellement blessé sur la position conquise. Le sous-lieutenant de Roquetaillade est tué en poursuivant les Allemands. Avec sa section, le sous-lieutenant Bois arrive au rebord du plateau ; après deux heures de lutte, il lui reste une douzaine d'hommes sans cartouche. L'ennemi lui crie de se rendre ; l'arrivée d'une section conduite par le sergent Lyonnet rétablit la situation. Le Grand-Eperon est enlevé.
Le 16 mars, les Allemands tentent de le reprendre l'artillerie canonne, les mitrailleuses balayent l'éperon. Le commandant Dupont est tué à son poste par un obus.
A travers la mitraille, le soldat Pichon passe et repasse à découvert sur l'éperon pendant toute la journée pour assurer la transmission des ordres, Et combien de héros anonymes
Au cours de la dernière semaine de mars, les Français tentent une nouvelle attaque. Sans succès. Puis s'ensuit une série de combats sporadiques.

Le 15 avril, reprise de l'offensive précédée d'une préparation de terrain par l'artillerie. Se lançant à la baïonnette, les Français déblayent complètement le Grand - Eperon et se portent jusqu'à l'entrée d'Ablain. Les jours suivants, les Allemands contre-attaquent. En vain.
9 mai 1915. La première grande offensive en Artois est déclenchée. « La division chargée de l'attaque de Lorette comprend trois régiments d'infanterie et trois bataillons de chasseurs ».
L'artillerie française pilonne les lignes allemandes. A 10 heures, c'est l'attaque. D'un élan irrésistible, les soldats français enlèvent trois lignes de tranchées allemandes au prix de lourdes pertes.
Mais, au centre, l'attaque se brise sur le fortin situé au Nord - Est de la Chapelle. Le terrain bombardé a été transformé en un chaos indescriptible. Impossible de suivre le plan d'attaque. Les chasseurs n'avancent plus, les fantassins les rejoignent : on tient.
A gauche, entre le fortin et les bois, le gros des forces atteint la quatrième ligne : un chemin de terre qui va de la Chapelle à la route Souchez - Noulette. Les batteries allemandes d'Angres arrosent d'obus ce secteur. Les renforts qui arrivent sont en partie décimés. Impossible d'aller plus avant.
A droite, après la conquête des premières tranchées, les troupes se rabattent vers le Nord « pour aider celles qui attaquent le fortin». Les compagnies « gagnent du terrain pied à pied. On se bat à coups de grenade, à coups de baïonnette, à coups de couteau Des officiers supérieurs sont tués. Des sergents prennent le commandement. D'Ablain, les mitrailleuses allemandes tirent sans discontinuité,. Combien de soldats sont déjà tombés »
Après douze heures de lutte, chasseurs et fantassins s'installent dans des trous. L'un se trouve être un énorme entonnoir de mine de 80 mètres de tour, au fond duquel on pousse les cadavres allemands ; sur le pourtour, on aménage des parapets. C'est la nuit, une nuit « éclairée par les obus et les fusées, déchirée par les cris des blessés, le fracas des explosions, le claquement des balles». Une nuit «sous un bombardement infernal, sans abris».


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 9 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |