histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Jules Mousseron, mineur, poète et père de ''Cafougnette''
par PAILLART André le, 31/05/2010  

Jules Mousseron est né à Denain, au « coron Plat », dans une famille de mineurs le 1er janvier 1868.
Il était un humble et simple ouvrier mineur qui, malgré le succès remporté par ses poésies, continua son dur métier au fond de la mine. La gloire ne l'a pas grisé.
Il a conservé toute sa vie son âme de galibot qu'il était quand il s'embaucha à 12 ans.
C'est à 17 ans qu'il composa ses premières poésies, en français d'abord, puis très vite en patois.
Mousseron a chanté la vie des mines en son patois " rouchi " comme Mistral a chanté la Provence.
Il a brossé les joies, les souffrances et les travers du peuple avec réalisme et parfois émotion.
Il courait la région avec ses spectacles, dont ses fameux monologues, faisant à chaque passage, salle comble.

Jules Mousseron est décédé le 24 novembre 1943, mais le légendaire personnage qu'il a créé, Cafougnette est immortel.
Ce dernier, qui était son personnage fétiche, dont il contait les aventures en textes rimés, a éclipsé, au fil du temps la notoriété de son créateur.
Au point que de nos jours, beaucoup n'ont plus idée de l'origine de ce sobriquet.
Ainsi parle t'on de « cafougnettes » à propos d'histoires drôles en Ch'ti...
Ces « blagues » étant bien sûr inventées de toute pièce, sans rapport avec Jules Mousseron ou les écrits de ses multiples ouvrages.
Ici, dans le Nord Pas de Calais, Cafougnette c'est Toto ou Marius, voir Léon...
Ses aventures cocasses rempliront encore d'une joie naïve bien des générations entières, et feront perdurer à tout jamais, la liesse des réunions de famille.
Il est vrai qu'il a eu comme père un homme sensible, généreux et jovial qui fit la gloire artistique de toute une région...

Parmi ses oeuvres:
" Fleurs d'en bas " (1897)
" Coups de pics et coups de plume " (1904)
" Au pays des corons " (1907)
" Eclats de gaillette " (1913)
" La terre des galibots " (1923)
" Autour des terrils " (1929)
" Mes dernières berlines " (1933)


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |