histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Le point du jour, film de Louis Daquin - 1949
par PAILLART André le, 05/06/2010  

Malgré les difficultés de tournage, le monde de la mine que certains considéraient à tort comme mystérieux, a exercé une sorte de fascination pour les cameramen et réalisateurs de films.
Toutes les séquences tournées sur la mine et particulièrement celles du fond, sont désormais des documents historiques.
En témoigne ce film de Louis Daquin " Le point du jour " entièrement tourné à Liévin en 1949, plus précisément à la fosse N° 3 saint Amé: Un jeune ingénieur parisien récemment diplomé de l' Ecole des Mines est affecté à la Fosse Saint Amé à Liévin. A son arrivée dans la cité minière,les chevalements succèdent aux terrils. Les locomotives entraînent des tombereaux de charbon.
D'entrée, il est accueilli par l'ingénieur chef de siège: "Comme ingénieur de fosse, vous aurez 600 hommes sous vos ordres. Le rendement a baissé, mais il faudra travailler dur. Je compte sur vous !..."
Ce merveilleux film relate en parallèle, la difficile intégration du jeune ingénieur dans ce siège minier; et celle d'une famille de mineurs Liévinoise dont le père ne revint jamais de la guerre.
La mère s'occupe du foyer familial, non sans mal.
La fille ainée est trieuse à la fosse et le fils cadet, Roger sera mineur, non par nécessité, mais par choix....
Il s'agit vraisemblablement d'un des seuls films de cinéma où l'on peut découvrir en décors réels, l'activité minière au fond comme au jour d'une des fosses de notre région à la fin des années 40.
Les scènes sont saisissantes de réalité, triage, moulinage, lavabos, abattage dans les tailles au piqueur...
Mais aussi l'intérieur des maisons de corons, les jardins, les cafés, la ducasse et sa traditionnelle et célèbre fanfare régionale " La Prolétarienne "...
Une des scènes les plus impressionnantes, est celle de la descente de la cage : Le réalisateur a fixé une caméra sur le chapeau de cage pointée sur la recette du jour; lors de la descente, le spectateur voit dans la vitesse vertigineuse de la cage, le ciel ouvert devenir progressivement un point blanc....
Cette scène est sans aucun doute, à l'origine du titre de ce film " Le point du jour ".
Le jeune ingénieur ne s'adaptera pas aux conditions de travail des mines du Pas de Calais, ni dans la région; il retournera dans d'autres fonctions en région Parisienne.
Roger connaîtra toutes les péripéties et déboires d'un jeune galibot, sa soeur ainée, ses premières aventures amoureuses avec un mineur de fond.....
Le tout en parfaite harmonie avec des paysages sublimes de la région minière de Lens Liévin à l'époque, comme décor de fond.


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 10 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |