histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  in s installo comme au cinéma (15/12/2018)
  vlà ch' garde ... (15/12/2018)
  ch' fourneau partie 4 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 3 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 2 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
que brizaque
par minloute le, 14/07/2013  

m' man , j' in voudro eune,steuplait...

que j' dijo am' mère d'vant la vitrine d' à mon Defernez dins la rue anatole france ...

j avo ker y aller chez Defernez, euh nan in peut pas dire cha, j y allo pas pour vire la "famile " Defernez

yavo oh vinguette j' sais pu sin prénom, Noémie pététe, qui veno servir ach' comptoir vraimint quand qu ale pouvo pas faire autremint
in l intindo trainer ché pieds du fond du couloir, et s' phrase rituelle chéto toudis après qu in li a d'mindé quéquosse " j' sais pas si j' n ai cor" , comme si cha l arringeo d' pas servir

après yavo Louis, Louis yéto "gentil", pas méquant pour un sou , mais i pouvo que s occuper d armette ché matelas in état

nan chéto Louise qu ale teno l' boutique, énergique, pas toudis bin aimape , mais bon in sin accomodo, surtout qu ale avo quéquosse d' précieux dins s' mason, ale avo un téléphone, alors quand qui yavo des cas d urgence in savo qu in pouvo compter sur elle

bon j' va pas vous zarfaire l' détail dech' magasin, allez un bref aperçu

si t éto pessimiste , té raviso su la droite, là t avo ché plaques d argrets éternels, des ribambelles d' fleurs in plastique qu in metto dins ché cimétieres , ché pots , ché plaques, ché croix, bref d' quo pouvoir parer à tout enter'mint qui pouvo arriver ..

su la gauche derriere ch' comptoir , eune ribambelle d' tiroirs , chéto tout c' qui éto mercerie , pi aussi queques fournitures scolaires, quequ' cahiers, mais surtout pas mal de stylos , que Louise, finaude, ale laicho pas such' devant du comptoir , am' mote qui yavo du y avoir des mains un peu lestes

éto aussi accroché dins ch' coin là, mais là chéto moins rigolo , toute eune série d' martinets, avec des bios manches de couleur jaune , vert ou rouche vif, qu in rin qu à les raviser cha donno des piquot'mints sur tin derriere ....la douleur cha s oublie pas qui parait

bref , in éto d'vant l' devanture d' gauche , et là, miraque, yavo eune tchiote guitare qui éto exposée

j a imbété m' mère, oh j' dis pas que j' l a eu du premier coup, rar'mint d "achats impulsifs" , m' mère ale teno les comptes d' la mason d eune main de maitre

tout éto noté, ale avo des cahiers complets d' possibilités d' menus, d' arcettes, et des listes aussi j' m in souviens d' additions , pour vire combien cha li couto tout cha, pour que sin budget i so pas dins l' rouche

j avo insisté, m' mère ale éto pas caute, pasque am' connaisso, ale avo dit , ti t es un brizaque té va casser cha in deux mineutes

que réputations j avo, j avoue qui yavo eune bonne part d' vérité là d'dins quand meme

cha chéto l' premier argumint, là j y a dis que j' fero attintion , jel supplio presque

après deuxieme argumint que j a eu dro ch'est " té va nous casser les zoreles avec cha "

mi j avo l' réponse toute préparée, t inquiete pas m'man , j' jura dinch' gardin

à quo m' mère ale répond amusé, bin pas trop fort , té conno tin père , si y est dins sin gardin faut pas l' déringer, j avoue qu aujourd hui ch'est aussi l' cas al' mason ..........
eune histoire d' gènes am' mote ...

m' mère ale cédo pas cor facil'mint , j a eu dro après à " j va vire avec tin père "

pi " té sur que ché cha qu' té veux"

pi un coup , in a parti tous les deux à mon d' chez Defernez, mi tout excité, que j' tourno autour dem' mère, qu am' dijo d arreter , qui fallo que j' fasse attintion à la route , à ché carettes

cha y est on rinte dins ch' magasin, eune fo l' porte ouverte cha faijo clinquer l' carillon qui yavo au d'sus (j avo ker chtilale mais pour mi chti qui faijo l' plus bio bruit chéto chez madame Vangelder, ch' magasin juste avant la framacie)

du brin , yavo eune dame avant nous qu ale choisisso du tissu, mais savez avec Louise, fallo pas qu' cha traine d' trop, ché clientes ale le sintotent, au bout d' quat' rouleaux qu ale avo ramené, in sinto qu ale éto bin moins enclinte à aller en arquerre un chinquième......

cha yest chéto not' tour, mi j' virvolto autour dem' mère comme si j avo invie d' picher

yavo deux sortes d' guitare, mi j a pris bin sur l' bleu, pas l' rose, cha ch est pour ché garnoules .....

quand que j' vous dis " guitare" fallo pas s intinte à eune réplique à la meme taille, nan , chéto plutot d' la taille , de ché guitares qu in vo à tahiti, savez quand qu in vo ché vahinés, qu as' trémoussent avec des jupes qu in diro qu ale sont faites dins d' herbe seque et qu ale portent des soutiens gorches in noix d' coco ... ouais ché musiciens i juotent du ouquélélé

bin cha arsanno plutot à cha, et meme au son, pasque comme j' vous a dit , ché cortes chéto fait avec d' l elastique tendu
djà in sortant, j' voulo juer au troubadour et juer del guitare tout in marchant, halte là camarate, m' mère ale m ' l a donné qu eune fo arrivé al' mason

mi j' comminche à juer comme un dératé, et j' casse ch' l élastique, là y a fallu que j ale vire min père pour qui m in armette un
bin sur j a eu dro à la sérénate, "à peine touché à peine cassé" , "ch'est pas eune brouette", cha ch'éto s' n expression préférée pour qu on prenne soin à ché zaffaires ....

bon allez, i maone cor un peu ,pi là i ouffe un des tiroirs d' sin bureau
j' vous l a djà dit , min père i éto magasinier quand qui travaillo aux zouillères, et commint dire , i gardo tout, j' me souviens d' clous rouillés , amalgamés, qui gardo dins barraque " cha peut servir" qui dijo

des pots d' peinture entamés qui devotent dater d' l époque d' léonard de vinci...

et bin sur , eune boite complete d' élastiques, d' toutes les couleurs, d' toutes les tailles

i m in met un nouviau, j' jue tro s' condes et ch' l élastique i casse, min père i rale, m' mère ale arriffe, ale li fait constater que la moitié des élastiques parel i devotent dater des premieres expériences d' vulcanisation de mr Dunlop ...

bon i m en armet un bio, un neuf, un rouche et mi j' va juer dins ch' gardin

et là commint vous dire ........ch'est la faute des briques que min père i avo mis au sol pour faire l allée dech' gardin, ptete aussi que j m a inmélé les pinceaux, bref, j a valdingué et comme diro m'mère " j' sais pas commint t as fait ton compte" , j a réussi à marcher such' manche del guitare et là , dirèque, cassée in deux

là j' vous avoue que j a eu queques secondes d' profonde détresse
impossipe à réparer, j a pu eu qu eune solution, l' camucher, et passer à aut' cosse

j éto pas rassuré pasque si i me d'mindotent du qu ale éto l' guitare j allo et' mal, mais j a fait expret d aller juer dans l' pature in dijant am' mère que j' laisso l' guitare dans la barraque pour pas l abimer ...

j' sais pas si ché parints i zont un don d' double vue, que quand que j' su rintré del pature, que j éto tout gentil, eune fo mes mains lavées, et qu in passo à tape, min père i m a d'mindé si m' guitare ale marcho bin

j' sais pas mais j a sinti l' danger tout d' suite, mais j' pouvo rin faire, j a dis ouais, et là min père i l arsort de dessous l'tape ou plutot i arsort ché 2 morceaux ...

j' vous passe l' sermon que j a pris, mi j éto pas là, j ' me d'mindo commint ché parints i font pour deviner ché trucs là, pi d' l artrouver

mi j' l avo camuché dins ch' tas de tchiots bois qu' min père i stocko pour pouvoir alleumer ou ralleumer ch' fourneau à l occasion

d'puis ch' temps là, cha date, j' devo avoir 6 ans, à part l' flute à bec que j ai subi quand qu in éto en cours d 'musique à l école, j a jamais artouché un instrumint d' musique, trop peur del' casser mes gins ...


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |