histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
les bals de Bruay
par Dubois-Luczak le, 11/05/2014  

Lorsque l'on est jeune et que l'on travaillait comme moi à la mine (au 7) nous avions le droit de sortir
on pouvait donc aller au bal, mais pour ne pas être spectateur il fallait apprendre à danser, pas chose facile à 16 ans

Avec mon ami françois S. nous nous sommes mis a la recherche de filles sympa qui voudraient bien nous enseigner. Tous les ont fréquentaient une salle angle rue des Etats-Unis J Guesde dans l'avenue qui mène à la fosse 6, c'était une sorte de baraquement, je ne sais plus si son nom était salle Boucly ou?

Mais là notre apprentissage a commencé car c'était le temps du slow, cha cha, bolero, tango et surtout le rock normal en 58 59 ce fut la folie.

Puis ,en route pour la salle des fêtes ou nous avons intégré une bande de très bons danseurs, il y avait une animation dans cette salle extraordinaire avec de supers orchestres.
A l'entracte c'était frites chez ma tante ou nous partions en scooter à Béthune chez Edith.

Je crois que nous avons écumé tous les bals aux alentours sans faire d'histoires et joyeusement, on parlait beaucoup du monico pas toujours en bien et pourtant ce n'était qu'un bal à papa comme il en existe actuellement.

Bruay était une ville d'amusement, les filles et les garçons des alentours venaient faire la fête et danser. En rentrant vers 2h le dernier arrêt se faisait en haut de la rue des escaliers là se trouvait une baraque à frites un régal.

le service militaire en 1962 a mis stop à notre jeunesse mais les souvenirs sont présents

par Sopraniste de Bruay le, 12/05/2014

Au coin de la rue Jules Guesde, et du boulevard du 6 , il y avait le bal chez Hélène, et plus loin la salle Symanek pour ceux qui ont connu..


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |