histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)
  les tongs (16/09/2018)
  in carette vers Merlimont 4 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 3 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 2 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 1 (10/09/2018)
  cha a quand même cangé ... (04/09/2018)
  j' su ardéchindu du haut dech' terril (31/08/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 1 (28/08/2018)
  fin d'drache, lachez les fauves 2 (25/08/2018)
  fin d' drache, lachez les fauves 1 (25/08/2018)
  Rue Florent Evrard (20/08/2018)
  Rue Louis Dussart ...ou rue de la Gare?? (13/08/2018)
  El Kéfir (13/08/2018)
  in va minger des patates (13/08/2018)
  y a que 50 ans (11/08/2018)
  Vue aérienne de Labuissière vers 1950 (09/08/2018)
  souvenirs d' caleur in carette (06/08/2018)
  mes quat'zieux (06/08/2018)
  souvenirs d' caleur (05/08/2018)
  les trains au Tour de France (30/07/2018)
  in bas des marches du lycée (06/07/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Les pénitents ou les sacrifiés du grisou
par Sopraniste de Bruay le, 07/08/2014  

Disons que ce n'est pas une légende...
Dans les premières exploitations de charbon, il n'y avait pas de lampe de sécurité, et le grisou était toujours présent dans les galeries exploitées.

Ce gaz CH4, méthane était prisonnier dans les particules de charbon... même en jour de repos; le grisou continuait de sortir des veines, sa sortie était plus importante les jours ouvrés.. c'est normal...

Afin de savoir si il y avait du grisou le jour de reprise, des gars volontaires ou non se rendaient dans les galeries avec une flamme nue, disons une bougie, et ce pénitent avait de la chance si il n'y avait presque pas de grisou, et donnait le feu vert pour que les mineurs puissent se rendre dans les chantiers...

Sinon si il y avait du grisou avec une teneur importante, il sautait avec.... et le cycle recommençait ensuite jusqu'à ce que le pénitent donne le feu vert....

Dans les dernières années d'exploitation, il y avait un télévigile au jour, qui était relié de tous les chantiers d'exploitation qui avait des Têtes Chercheuses de grisou, et il avait la possibilité de couper l'alimentation électrique du chantier en cause....
l'exploitation du charbon étant plus importante, donc + de sortie de grisou dans ces chantiers..
le chantier était évacué à une teneur de 2%... seul le télévigile pouvait donner l'ordre de retour dans les chantiers..... dans tous les services aussi bien du jour comme du fond, c'était un peu l'affolement dans certains cas....

par Marie-Claire le, 07/08/2014

Plusieurs ouvrages ont été écrits sur les pénitents des mines, qui auraient été fin 17ème et début 18ème recrutés parmi les bagnards

Voilà ce qu'en disait André PAILLART sur son blog :

http://andredemarles.skyrock.com/2365419529-Les-penitents...



 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |