histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  la plus pitite mason des houilleres (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Les pénitents ou les sacrifiés du grisou
par Sopraniste de Bruay le, 07/08/2014  

Disons que ce n'est pas une légende...
Dans les premières exploitations de charbon, il n'y avait pas de lampe de sécurité, et le grisou était toujours présent dans les galeries exploitées.

Ce gaz CH4, méthane était prisonnier dans les particules de charbon... même en jour de repos; le grisou continuait de sortir des veines, sa sortie était plus importante les jours ouvrés.. c'est normal...

Afin de savoir si il y avait du grisou le jour de reprise, des gars volontaires ou non se rendaient dans les galeries avec une flamme nue, disons une bougie, et ce pénitent avait de la chance si il n'y avait presque pas de grisou, et donnait le feu vert pour que les mineurs puissent se rendre dans les chantiers...

Sinon si il y avait du grisou avec une teneur importante, il sautait avec.... et le cycle recommençait ensuite jusqu'à ce que le pénitent donne le feu vert....

Dans les dernières années d'exploitation, il y avait un télévigile au jour, qui était relié de tous les chantiers d'exploitation qui avait des Têtes Chercheuses de grisou, et il avait la possibilité de couper l'alimentation électrique du chantier en cause....
l'exploitation du charbon étant plus importante, donc + de sortie de grisou dans ces chantiers..
le chantier était évacué à une teneur de 2%... seul le télévigile pouvait donner l'ordre de retour dans les chantiers..... dans tous les services aussi bien du jour comme du fond, c'était un peu l'affolement dans certains cas....

par Marie-Claire le, 07/08/2014

Plusieurs ouvrages ont été écrits sur les pénitents des mines, qui auraient été fin 17ème et début 18ème recrutés parmi les bagnards

Voilà ce qu'en disait André PAILLART sur son blog :

http://andredemarles.skyrock.com/2365419529-Les-penitents...



 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 8 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |