histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  in s installo comme au cinéma (15/12/2018)
  vlà ch' garde ... (15/12/2018)
  ch' fourneau partie 4 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 3 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 2 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
le grisou
par minloute le, 04/01/2016  

MINLOUTE
voici ma question, sous quelle forme retrouvait on le grisou ? je pensais que c était sous forme volatile, y avait il donc des capteurs de grisou qui permettaient de récupérer et de mettre sous forme liquide ?
JACQUES JANQUIN
sul coup j'ai pas réagi at question j'ai arpris min lif.
Ouais,là on est au centre de Lens, c'est un lieu ou on rassemble tous les agents de maitrise, les bouttes feu afin de les sensibiliser sur la réaction des choses si on ne respecte pas le réglement imposé avec les explosifs

Donc on injectait du grisou, ou peut être un certain gaz explosif, comme le gaz de ville dans un gros cylindre, et on faisait exploser une cartouche par l'intermédiaire de son détonateur.
L'effet était surprenant, affolant même pour qui ne l'a jamais vu, cela remettait en cause dans la cervelle que nous avons
donc le réglement qu'il ne faut jamais surpassé, c'est un peu comme le code de la route, il y a un stop, tu t'arrêtes pas, si il vient quelqu'un dans l'autre voie, tu y as droit, mais là c'est différent, stop ou pas tu y as droit…
si le chantier est poussiéreux, le souffle soulève la poussière, qui à son tour s'enflamme pire qu'une torche violemment si il y a présence de grisou, c'est l’enchainement, coup de grisou, suivi de coup de poussières, qui à son tour génère un soulèvement de poussières qui s'enflamment, ainsi de suite comme dans les catastrophes connues.

Le grisou est un gaz incolore inodore , je vais pas dire comme l'eau sans sans saveur puisque tu ne le bois pas, mais sans appareillage lampe de sureté, grisoumètre, tu ne peux le détecter
Sa formule est le CH4.
Oui le grisou est volatile, au 5 de Divion, il y avait des aspirateurs, je crois qu'ils existent encore, mais régis par une autre société que les houillères
, ce gaz était envoyé par des colonnes qui passaient au long de la ligne de chemin de fer du 5, rue des agaches, rue Bonnet, rue des Festeux, ect....
envoyé dans une centrale, compressé, reçu je crois par gaz de France, qui lui dosait à un taux comme il devait être pour la consommation, et même réinjecté dans les tuyauteries pour usage domestique, complexe comme explication, mais à ton niveau, je crois que tu as suivi les sens de mes termes.
Au 6 nous avions en avant des tailles, des sondeurs qui foraient des trous tubés vers le toit des veines, branchaient ces sondages sur une tuyauterie spéciale, qui par aspiration absorbaient les gaz générés par l’exploitation du charbon après le passage de la taille, et comme il était plus léger que l'air, ces gaz se tenaient toujours au niveau plus haut.
Je reviens donc au 5 de Divion, ces gaz plus légers remontaient des entrailles des foudroyages et aspirés comme il se doit du jour.. COMPLEX com' ej dit, mais compréhensible pas vrai???


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |