histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  in arvenant de Merlimont (11/08/2019)
  cor un ancien camarate d'école qui s'in est allé (08/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  remonter le temps c'est possible (29/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  Les démolitions des corons au 3 à Bruay (27/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  y a 50 ans j'y a cru.... (20/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  les hommes volants (14/07/2019)
  cha sint l'iote ..... (14/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  la magie du cinéma 1 (06/07/2019)
  Casino ou Colisée ? (01/07/2019)
  LE PASSÉ (01/07/2019)
  faut l imager t' mason Bernard (30/06/2019)
  L’ FÊTE DES ÉCOLES (23/06/2019)
  les hortensias (23/06/2019)
  l' armontée du catéchisme (15/06/2019)
  le calendrier éphéméride (15/06/2019)
  Biêtises d'éfants partie 3/3 (12/06/2019)
  le budget de maman agenda 1953 (10/06/2019)
  le recopiage des recettes, agenda 1953 (09/06/2019)
  il reste du gigot , agenda 1953 (08/06/2019)
  l agenda Dunlop de maman (06/06/2019)
  Ém MÈRE 2ième partie (04/06/2019)
  L'Étoile d'Amour (02/06/2019)
  Ém MÈRE – 1ère partie (02/06/2019)
  UN GRAND GARDIN – 2ième partie (25/05/2019)
  le bouquet de persil de Maman (25/05/2019)
  le nom de la rose (22/05/2019)
  sur le site et sur Facebook (21/05/2019)
  UN GRAND GARDIN – 1ère partie (21/05/2019)
  la préparation du gardin (18/05/2019)
  LESSIVE ET ARPASSACHE (17/05/2019)
  le rechauffement climatique (12/05/2019)
  MIN CERTIFICAT D'ÉTUDES (10/05/2019)
  Biêtises d'éfants partie 2/3 (09/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (3ième partie et FIN) (04/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (2ième partie) (03/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (1ère partie) (02/05/2019)
  gitane mais maïs (01/05/2019)
  porions facebook (01/05/2019)
  pour Annie et France (28/04/2019)
  L' PISTACHE (La piscine) (25/04/2019)
  Biêtises d'éfants partie 1/3 (22/04/2019)
  le gouter , ouais mais ch'est pratique (21/04/2019)
  min tien, confirmation .... (20/04/2019)
  hier ch'est déjà bin loin, aujourd hui ch'est déjà demain (20/04/2019)
  Min Tien (19/04/2019)
  Olhain la fin (14/04/2019)
  toudis au bois d' Olhain (13/04/2019)
  changemints au bois d' Ohlain (13/04/2019)
  ch' bos d' Olhain la suite (12/04/2019)
  ch'bos d' Olhain (12/04/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
UN DIMINCHE A LA MER 2ième partie : la plache
par berlens78 le, 23/03/2019  

Min père y s’garot dins chés pétites rues qui zarrivent su l’esplanade. In prenot dins ch’ (pétit) coffe chés serviettes, chés pelles, chés épuisettes, ch’ballon pis chés boules. In artirot ses godasses pis in allot pieds nus ; fallot faire attintion du qu’in mettot ses pieds passe que chés trottoirs à Berck y zétotent arcouverts éd’ crottes éd’ tchiens pis cha sintot l’pichatte. In traversot l’rue d’l’esplanatte pour arriver in haut dé l’digue : in laissot glicher nos pelles, épuisettes et tout ch’ barda jusqu’in bas dins ch’sappe et nous in glichot l’long dé l’rampe dé ch’l’escalier qui brillot comme un soleil à forche d’ête astiquée par les marronnes éd’ tous chés jeaunnes. Dés fos, ch’sappe y brûlot, tellemint qu’y faijot caud, alors in courot pour aller su l’sappe mouillé.

Tout l’après-midi, in faijot des trous, des toboggans à boules, des barraches ; des catiaux d’ sappe quand que la mer alle arvénot, pour monter d’sus pis s’artrouver intouré d’iau, comme dins chés catiaux du moyen ache. Des fos in faijot un batiau, un paquebot avec eune pinsée pour ch’ malheureux TITANIC. Assis à l’arrière su l’banquette tapissée d’ coquillaches, y’ avot eune première alerte : l’iau qui armontot du fond et qui faijot eune flaque à mes pieds. Pis eune première vague qui importot tout l’avant dé ch’batiau. Capitaine courageux, j’ restos là, debout appoyé sur ém’ pelle, impassipe, ém’ main sur ém’ tempe faijant un dernier salut militaire, cherné par l’océan et chés vagues déchainées, loyant pour toudis min destin à chti d’min malheureux batiau qui s’infonchot duchemint, inexorablemint, dins l’indifférence générale, et pour toudis, dins l’ monde du silence du commandant Coustot.

(Vire chés trois photos d’ min père avec mes frères su ch’titanic in 1954, mi avec ém’ attiral in 62, pis m’fille in 2003 qui a arpris ch’ flambeau …)

Des fos, j’étos sauvé in extremis, la mer alle arpartot. Et quand qu’ alle étot basse, in allot dins chés baches avec nos épuisettes pour péquer des crevettes. Ou ben in allot s’baigner dins chés vagues. In sortant dé l’iau, in avot frod alors in courot pour arvénir à chés serviettes ; j’faijos la course avec mes frères. In arrivot à toute blinte et in s’arrêtot pile devant chés parints dins un nuage éd’sappe et y rouspétotent qu’in mettot du sappe tout partout. In posot eune serviette sur not dos, in s’asseyot, in tremnot passe qu’in avot cor frod et in mingeot eune tartine éd’ confiture. Des fos, alle queyot dins ch’sappe mais in artirot ches grains pis in l’mingeot quand minme passe qu’y avot rien d’aut’. Cha craquot dins les dints ; chétot pas bon mais chétot mieux que rien. Pus tard, y’a eu des BN au chocolat ; chétot moins risqué ...

Quand in étot un tiot peu récauffés, in allot juer au foot su ch’sappe mouillé et après in faijot eune partie d’boules avec chés parints dins ch’sappe sec. Vers 6h, in rimballot pis in armontot sur l’esplanatte, in fache du cornet d’amour. In laichot nos affaires au pied dé ch’pétit muret et in traversot pour aller acater des glaches. In les mingeot assis sur ch’mur in ravisant passer chés gins ; et chés tchiens. Y n’avot qui faijotent du patin à roulette (des gins, pas des tchiens…) ; pis gramint d’ « malattes » dins des fauteuls roulants ; ém’ mère alle dijot qui zétotent comme cha passe qui zavotent bu dé l’iau d’robinet et qui zavotent attrappé l’polyo … In les ravisot pas trop. Y zétotent souvint tout seux.

Après cha, in armettot chés affaires dins ch’coffe pis in allot s’promener sur l’esplanatte, él’ rue d’ l’impératrice, et l’rue Carnot. Y avot gramint d’magasins et cha sintot bon tout partout. Chés rôtisseries, chés boulangeries avec chés meuringues au café, chés marchands d’frites. Surtout quand in passot devant ch’magasin qui fabriquot des berlingots « aux délices berckois » et in ravisant par él’ vitrine, in veyot chés ouvriers les fabriquer ; y zétotent bras nus et y s’débattottent avec eune espèce éd’ grosse pâte collante d’toutes les couleurs qui essayot de les étouffer… . Des fos aussi in acatot des crevettes à un péqueux qui les vindot dins un grand panier d’osier à ch’coin délle rue Carnot. Pi chétot l’heure éd’rintrer.

In montot dins ch’l’auto et là in s’rindot compte qu’in étot tout rouches et qu’in avot attrappé des coups d’solel. Cha brûlot à nos joues pis dins sin cou. Tout l’monte y’arpartot à l’minme heure alors y’avot déjà des imbouteillaches jusqu’à Montreuil. Nous in prénot pas l’route par Campagne, in allot tout drot par el‘ route historique, chelle qu’in connaichot d’pis toudis, qu’in passot déjà par là quand in prénot ché cars Dumont pour aller in vacances : Beaurainville, Baurainchateau, Maresquel Ecquemicourt, Bouin-Plumoison, Marconnelle ; in connaichot chés noms par coeur … la campanne alle étot pus belle par là avec tous chés pétit villaches fleuris, chés terrasses éd’café plein d’monte et chés viux assis sur eune cayelle devant leur porte qui ravizotent passer chés zautos …

A Hesdin, chétot l’arrêt obligatoire sur l’grand plache ; pour minger des frites. Des friteries, y n’avot tout partout ; ell’ plache alle étot rimplie d’autobus pis d’autos. Tous chés terrasses autour y zétotent pleines et des fos in avot du maux à trouver eune tappe. Ché là qu’in artrouvot souvint des amis ou ben dél ‘famille, qui zétotent allés aussi à Berck, à Merlimont, à Stella, à Fort-mahon … Tout l’monte y riot, chés gosses y courotent tout partout et chés garchons d’café y chomotent pas intre chés tappes pis chés baraques à frites su’ l’plache. Les premières fos , j’allos faire la queue à l’avanche à eune ed chés trois ou quat’ friteries passe qu’y avot du monte ; mais pus tard, in commindot direct à ch’garchon d’café passe qu’in étot servi pus vite et chétot l’minme prix. Mes parints pis mes grands frères y buvotent eune bière et mi eune orangeatte avec eune palle. Sur tous chés tappes, y’ avot du sel et du vinaique. Des fos, si in avot trop faim, in racatot aussi un sandwich au paté qu’in partageot in 4. Hesdin, chétot l’point d’orgue du diminche à la mer. Ch’lieu d’ralliemint. Y ‘ avot des drapeaux, des guirlantes, des couleurs, dé l’musique dins chés haut parleurs. Des gins tout partout. Y n’avot qui zétotent rouches comme des écrevisses, sur leus épaules pis leur dos, et in n’avot pas b’soin d’leur demander d’du qu’y venotent. In veillot chés traces d’ leur maillot d’corps. Y faijot cor clair et souvint ch’ciel orangé nous indiquot d’queu coté qu’alle étot la mer pis Berck..

Quand in armontot dins ch’l’auto y comminchot à faire noir ; y’avot cor chés montannes russes, su l’route à trois voies intre Hesdin pis St Pol ; tout l’monte y roulot vite. Min père y accélérot dins chés déchintes pour passer l’pus vite possippe in haut dé l’côte et in décollot sin cul délle banquette… Y’ avot pas d’ lumière et y faijot tout noir ; in veyot qu’ chés phares d’autos. Chéto impressionnant, surtout quand in doublot un autobus qui roulot vite et qu’y fallot s’rabatte avant ch’rétréchissemint. Y’ avot que 3 voies et pis souvint des accidints ; mais in n’y pinchot pas. Cha n’arrivot qu’aux zautes. In veyot chés photos l’mardi dins la Voix du Nord…

In comminchot à ralentir in arrivant à St Pol ; après chés 20 kilomètes dins l’noir, tout chés lumières, chés cafés, chés magasins, cha faijot comme un oasis. In ravisot par ch’carreau chés marchands d’frites su l’ plache devant l’hôtel de ville ; là aussi y’ avot du monte. In sortot d’ Saint Pol par eune grande côte du que des fos ch’l’ auto alle avot du mot tellemint qu’in étot querqués et après, chétot pus qu’des camps jusque Divion et y faijot vraimint noir ; in veyot pus rien alors j’ fermos mes zyux pour arpinser à m’ journée à Berck et des fos j’m’indormot. Min père y m’réveillot quand in étot arrivés rue d’Divion. Y fallot déquerquer ch’l’auto, pis tout ringer. In étot mates, abattus, cha brulot tout partout. Em’ mère alle dijot qu’chétot l’air éd Berck qui étot fort.

Quand in rintrot d’un diminche à la mer, in trainot pas pour monter s’coucher et in s’indormot tout d’suite. In faijot pas l’jacques dins chés lits… Pis in n’avot pas b’soin non pus d’mette eune brique …


  ( 3 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 2 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |