histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  in arvenant de Merlimont (11/08/2019)
  cor un ancien camarate d'école qui s'in est allé (08/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  remonter le temps c'est possible (29/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  Les démolitions des corons au 3 à Bruay (27/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  y a 50 ans j'y a cru.... (20/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  les hommes volants (14/07/2019)
  cha sint l'iote ..... (14/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  la magie du cinéma 1 (06/07/2019)
  Casino ou Colisée ? (01/07/2019)
  LE PASSÉ (01/07/2019)
  faut l imager t' mason Bernard (30/06/2019)
  L’ FÊTE DES ÉCOLES (23/06/2019)
  les hortensias (23/06/2019)
  l' armontée du catéchisme (15/06/2019)
  le calendrier éphéméride (15/06/2019)
  Biêtises d'éfants partie 3/3 (12/06/2019)
  le budget de maman agenda 1953 (10/06/2019)
  le recopiage des recettes, agenda 1953 (09/06/2019)
  il reste du gigot , agenda 1953 (08/06/2019)
  l agenda Dunlop de maman (06/06/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
L BRADERIE D BRUAY
par berlens78 le, 08/10/2019  

L’évènemint délle rintrée ! L’ braderie d’ Bruay chétot l’ pus grande après l’ braderie d’ Lille ! In dijot braderie et pas brocante, passe que chétot qu’ des commerçants ambulants et chés magasins du cente qui bradotent leu zaffaires ; et pas eune brocante, passe que des brocanteux chétot des qui passotent avec eune carrette ramasser chés viux faitouts , chés vielles lessiveusses perchées. Aujourd’hui in appellerot cha des soldes ; sauf qu’au liu d’ête dins chés magasins, chétot dins chés rues.

Cha s’ sintot déjà l’ samedi après-midi, qu’ y avot gramint plus éd’ monde dins chés rues qu’ les zautes jours ; et aussi passe que ch’ jour là, j’allos avec ém’ mère et min tiot frère faire chés magasins d’ Bruay. Chés magasins, pas tous : in allot amont Georges Paul pour raviser pis amont Marchand frères trouver un pantalon, un blazer ou un imperméabe « bradé » ; amont Tételin ch’l’ horloger vire pour racater un révelle ou eune horloche à mette dins l’ cuisine que m’ mère alle avot quère savoir l’heure ; et pour finir un tour à « la Bonbonnière » racater eune tasse ou bien in verre et pis deux trois chucades…

Mais l’grand jour, chétot l’ diminche matin ; j’étos réveillé à 6h par des qui tapotent à coups d’ martiaux sur des piquets pour installer chés stands ; comme j’habitos l’ première maison in face dé ch’ magasin Chalmin, j’étos aux premières loches. J’allos pas m’ léver à ch’ t’ heure là et j’ pouvos pas m’ rindormir, alors jé m’ mettos à l’ ferniette délle chambe in pyjama et j’ ravisos chés « bradeux » qui zinstallotent tout leur fourbi. Pétit à pétit, cha s’ montot, pis i comminchot à y’ avoir des gins qui déchindotent élle rue.

Jé m’ lévos su’ l’ coup d’ huit heures déjeuner eune tartine avec min bol éd’ banania et j’ m’habillos in diminche pour aller à l’ messe éd’ 9h à Sainte Barbe ; début octobre, chétot pas cor l’hiver alors j’ mettos cor d’ zaffaires d’été : des socquettes blanques, mes claquettes, eune maronne courte, eune chémijette blanque avec sin col amidonné, eune cravate à élastique, un pull over avec un col in « V » et un blazer par au-d’sus ; minme si in sortant j’attrapos un coup d’ frod à mes gambes. Des fos y’ avot du brouillard et in véyot pas grand cosse ; mais cha allot s’ dissiper et i’ allot faire du solelle : i faijot toudis biau à l’ braderie !

J’avos quère aller à l’ églisse éch’ diminche là, passe que j’ déchindos tout l’rue Alfred Leroy avec tous chés étalaches installés mais qu’y avot pas cor personne dins chés rues ; chés marchands i buvotent eune tasse éd’ jus in racontant chés nouvelles, ou i z’in prénotent chinq avant ch’ raz d’ marée annonché. In passant au cerque, j’ sintos chés odeurs éd’ frites qui comminchotent à cuire, pis l’ finquère toute caude qui sortot dé ch’ pressing ; rue Cadot, chés boniminteux y répétotent leur numéro qu’ t’acatos eune casserole et té n’avos chinq gratuites, j’ dijos bonjour à Marchand frères qui sortot ses costumes sur des porte mantiaux à roulettes, et j’ salivos in passant devant l’ patisserie Thersen qu’ cha sintot déjà leurs fameusses galettes à l’ crème au beurre. Au n° 1, j’ tournos à Gauche rue Charles Marlard, j’ passos devant ch’ café PMU qui n’avot toudis plein ch’ trottoir devant, et j’ véyos l’ églisse Sainte Barbe au bout délle rue ; j’ comminchos à intinde élle musique d’orgue, j’arrivos devant ch’ portalle grand ouvert, j’ rintros dins l’églisse et jé m’ m’mettos sur eune cayelle tout d’ suite au bord à côté dé ch’ bénitier, pour ête pus vite sorti quand cha s’rot fini. (vire élle photo d’ l’ églisse Sainte Barbe).

Pendant tout l’ messe, j’ pinsos qu’à l’ braderie et à chés ballons qu’ j’allos aller quère à ch’ pressing in sortant. Jé m’ lévos, jé m’ rasseyos ; « Aaamèn » … tourner l’ cayelle pour s’ mette à g’noux, artourner cor eune fos l’ cayelle, « Dominousse vobiscoum… » « ètte coum spiritou tou wohh » , s’ assir, s’arléver, raviser mes pieds ou faire sennant d’ fouiller dins mes poques quand ch’ panier d’ la quête i arrivot d’vant min nez ; aller communier, ah ben nan j’pouvos pas j’étos pas allé à confesse, j’avos pas l’ drot … Ch’ diminche là, j’auros pas su dire quoi que ch’ curé i’ avot bien pu raconter. Pis j’intindos l’orgue qui s'armettot in route, chés gins i comminchotent à canter, chés cloches à sonner à tout casser, et ch’ solelle i rintrot dins l’églisse quand ch’ bedeau i rouvrot tout grand l’ porte à 2 battants. Alors jé m’ glichos l’ long dé ch’ mur jusqu’ à l’ pétite intrée su’ l’ côté pour pas atteinde élle procession et j’étos sorti. J’allos pourvoir aller m’ promener su l’ braderie.

Dins tout cha i’ étot déjà 10 heures passées et asteure i’ avot du monde dins chés rues ; eune foule compaque, tellemint serrée qu’ des fos in pouvot pus avincher qu’in étot serrés comme des sardines. Priorité, ch’ pressing pour avoir des ballons ; l’ jour délle braderie, eune fos par an, i z’in donnotent à tout l’ monde, et y’ avot que ch’ jour là que j’ pouvos n’avoir un passe qu’au pressing, in n’y allot presque jamais, pétête eune ou deux fos par an qu’ y avot un mariache ou un interremint et qu’ min père i portot sin costume à r’passer. Vous zallez m’dire qu’ des ballons, i n’avot tout partout, alors quo qui zavotent éd’ plus cheux-là ? Ben i montotent au ciel !!! I zétotent gonflés à l’hélium (qu’in dijot), et y fallot les loyer à sin pognet pour pas qu’y s’involent ; y avot eune serveusse dins un coin dé ch’ magasin qui faijot qu’ cha, gonfler des ballons pour eune tripotée d’ jeaunes d’aloute qui faijotent la queue jusqu’à ch’ trottoir.
Normalemint, chétot un ballon par personne, et l’ serveusse alle avot l’ oeulle pour arpérer chés resquilleurs ; alors à chaque fos j’ creusos mes méninches pour trouver chu qui faudrot raconter pour én’ n’avoir deux, un pour mi et un pour min tiot frère : quo qu’ j’avos raconté l’année passée ? ah ouais, qu’ i étot malade et qu’i avot pas pu vénir ; bon l’ fos chi, j’allos dire qu’ i étot à l’hôpital et qu’un ballon cha pourrot sûremint l’ guérir … Au bout d’ vingt minutes, j’arsortos avec mes deux ballons loyés autour d’ min pognet et jé m’dépéchos d’rintrer. J’ouvros l’ porte tout duchemint, j’ rintros dins l’ pièche à mémère et j’in laissos s’involer un qui allot s’ coller direct à ch’ plafond ; pis j’allos dins l’ cuisine avec min ballon vire ém’ mère qui donnot à minger à min tiot frère. I voulot l’attraper mais i étot trop pétit pour attraper l’ fichelle. Jé l’ taquinos in li faijant croire qu’i zavotent pas voulu m’in donner deux alors i s’ mettot in colère, jé m’ sauvos dins l’ pièche à mémère avec li qui m’ courot derrière pour attraper min ballon ; et d’un seul coup, i veillot eune aute fichelle qui pindot dé ch’ plafond, i lévot ses ziux et i véyot sin ballon ! ….

Après, mes parints y s’habillotent in diminche aussi, enfin quand min père y’ étot pas du matin, et in s’in allot tous les quate à l’ braderie. I’ avot qu’à ouvrir l’ porte et in étot plongé d’ dins : Chalmin qui avot sorti eune vielle tabe in bos avec des transistors pis des tourne-disques ; à côté, Madame Leroy qui bradot des viux rideaux ; pis Tinchon qui in profitot pour brader li aussi ses viézeries, des pinches, des chignoles, des clous, des fusibes pis esposer chés dernières nouveautés qui zétotent électriques ! Tous chés gins-là, mes parints i leur faijotent la conversation et dins tout cha au bout d’un quart d’heure, in n’avot pas cor fait 10 mètes…

Au bout d’un momint in arrivot enfin au cerque et d’là, qu’in n’étot pas cor trop mates, in armontot au n° 1 pis l’ côte des grands bureaux. Arrivés in haut devant l’ barrière qu’y avot pus rien après, in faijot demi-tour et in ardéchindot au cerque ; et d’ là in allot jusqu’ l’ hôtel de ville, que l’ grand plache chétot l’ salon d’ l’auto. Tous chés garaches éd’ bruay i zavotent sorti leurs nouviaux modèles et in pouvot monter d’ dins, les zessayer. Des fos minme aller faire un tour avec mais nous in pouvot qu’ raviser : acater eune carette neuffe, chétot pas au programme. In déchindot après jusqu’à l’ Lawette et in armontot l’ rue des escaliers. Tout in bas y’ avot l’ marchande éd’ farces et attrappes qui bradot des pétards et des vielles revues d’ cinéma, des mickey, des « pan-pan » … Pis Opigez qui vindot aussi des rideaux, Decanter qui avot sorti s’ terrasse, l’ brûlerie du cercle qu’ cha sintot l’ café « torréfié ». Là in étot cor arvénu au cerque : souvint y’ avot ch’ maire qui ténot un stand éd’ sin parti politique avec des drapeaux accrochés tout autour et qui serrot les mains à tout l’ monde. D’ là in déchindot l’ rue d’ la République, jusqu’ ch’ carrefour Lemoine ; et in arvénant, m’ mère alle coupot à ch’ dispensaire pour armonter à l’ maison par l’ bas délle rue d’ Divion, pour aller faire à minger. Avec min père, in arpartot au cerque, j’allos avec li dins un café qui buvot sin Côte du Rhône pis mis eune orangeatte. Et in rintrot tranquillemint à l’ maison in armontant l’ rue Alfred Leroy. Et d’là, j’allos m’ promener tout seux jusqu’à z’alouettes, vire amont « Pleinvol » si i bradotent pas des pétards et des chucades.

Dins tout cha, in n’avot pas acaté grand cosse ; rien, minme !! Ben alors, quo qu’in allot faire à l’ braderie ? Ben in allot s’ promener, prinde l’air, vire des gins. Et souvint in in véyot gramint : delle famille, des amis, des qu’in connaichot à peine mais minme cheux-là, mes parints i pouvotent rester là à parler avec eux comme cha au mitan délle route pendant 10 minutes. Mi pis min frère, in attindot ; in ravisot chés zétalaches, in ravisot passer chés gins. In n’avot rien d’aute à faire. In étot contints comme cha.

Quant in rintrot à 1h, ch’ minger i étot pas prêt et souvint, i n’avot cor des zautes dins l’ cuisine qui zétotent vénus dire bonjour in passant. Alors in mingeot tard l’ diminche délle braderie ; des fos à des deux heures, deux heures et demie !! In mingeot dins l’ salle à minger avec le haut délle porte grand ouvert et chés rideaux tirés aussi ; comme cha in véyot passer chés gins et in intindot parler, chés micros, l’ musique amont Chalmin … Pis cha s’estompot, i’ avot pus d’ musique, in intindot des bruits d’ ferralle d’ piquets qui roulotent par terre, d’ zautos, des portières ; et à 4 heures i’ avot pus rien ; qu’ des papiers tout partout su’ l’ route et chés trottoirs ; chés magasins fermés. Chés zouvriers d’ la ville avec des balais i passotent nettoyer tout cha. Et à chinq heures, in s’in allant des fos au cinéma, chétot tout prope, chés rues alles zétotent lavées et in n’aurot jamais pu imaginer commint qu’ chétot au matin.

L’ braderie d’ bruay, chétot un vrai miraque. Qui arvénot tous les ans. L’ deuxiinme diminche d’octobe … (vire des photos délle braderie)


  ( 4 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |