histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  du musiau ... (01/05/2022)
  le patois du quotidien (24/04/2022)
  ch' zelections partie 2 (24/04/2022)
  ch' zelections partie 1 (24/04/2022)
  charte pour la sauvegarde du patois (21/04/2022)
  le lilas du jardin (20/04/2022)
  au bout de la rue, aux champs (19/04/2022)
  El misseron rouche (16/04/2022)
  arrivée à la maison (20/03/2022)
  de Béthune à Bruay (20/03/2022)
  de Lens à Béthune (20/03/2022)
  arrivée à Lens (20/03/2022)
  d Arras à Lens (20/03/2022)
  arrivée gare d Arras (20/03/2022)
  la mère caresmelle (15/03/2022)
  ché soeurs à cornette .... (06/03/2022)
  les terrils du pays à part (13/02/2022)
  ché cintres in bo (12/02/2022)
  allo allo y a du brin dinch' tuyau (06/02/2022)
  té vo m' neule ? (06/02/2022)
  les ouatères (06/02/2022)
  la ficelle dech' facteur (06/02/2022)
  RINTRER CH CARBON (11/11/2020)
  devant s' n' école primaire (30/01/2022)
  au ''Cercle'' (23/01/2022)
  m' grand tante (23/01/2022)
  rénovation .... (23/01/2022)
  la toise (23/01/2022)
  résistance durant la seconde guerre mondiale (15/01/2022)
  récupération .... (15/01/2022)
  prendre des photos .... (15/01/2022)
  em' rue .... (15/01/2022)
  la jacinthe, fleur du mois de janvier (08/01/2022)
  Maurice et le bizutage (08/01/2022)
  la bonne année (03/01/2022)
  Maurice et le patois (03/01/2022)
  accident à la mine (02/01/2022)
  El Noë d'Eloué (27/12/2021)
  Monsieur c'est le nom d'un cochon (26/12/2021)
  la femme du mineur (25/12/2021)
  capio bas Maurice ... (21/12/2021)
  CH PAIN DE 700 (27/04/2021)
  y est où Saint Nicolas ? (07/12/2021)
  Sainte Barbe in chti : s'vie, traditions (04/12/2008)
  jour de neige 3 (01/12/2021)
  MIN PERE (19/03/2019)
  jour de neige 2 (29/11/2021)
  jour de neige 1 (29/11/2021)
  Bonne fête de Sainte Catherine (25/11/2020)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  le biftèque (23/11/2021)
  du fin fond de ma mémoire (21/11/2021)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 alens ( 05/05/2022)
C'est Bernard (Berle...
 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...


Liens

PLEINVOL Partie 1 : Bonbons, jouets
par berlens78 le, 27/01/2020  

Pleinvol … I n’a trop à raconter ; j’ vas l’ faire in deux parties …

Pleinvol, Bazar des Alouettes, Quicampoix, Soleil, Pleinvol, plainvol, ché pas chés noms qui manquent pour l’ boutique là ; pour mi, cha a toudis été Pleinvol ;

Ch’étot eune grande batisse qui féjot l’coin des alouettes (vire él’ photo 1 qu’alle est d’asteure car jé n’ai pas d’aute éd’ l’ancien temps) ; jé n’sais pu si ch’étot ch’vrai nom ; in tous cas, tous chés jaunes dé m’ rue y l’appelotent comme cha.

Chétot l’paradis des bonbons pis des farces et attrapes. Ch’magasin y étot ténu par deux femmes qui avotent eune patienche d’ange. In rintrot pas par élle grand porte à ch’ coin passe qu’ alle étot condamnée ; pas par la justice, mais par chés chuques, chés juets et chés déguisemints tellemint qu’i n’avot qu’y avot pas assez d’ plache dins ch’ magasin, qui étot pourtant bien grand. Quand in rintrot par élle pétite porte après avoir monté chés deux trois marches, pis fait aller l’ clochette, in s’artrouvot devant un comptoir in bos arcouvert éd’ vitrines avec tous chés chucades in d’sous dins des casiers, qui s’étindot sur au moins vingt mètes éd’ long , qu’in n’avot jamais l’ temps d’aller jusqu’au bout, que ch’ sachet d’ cent grammes i’ étot rimpli bien avant… Ch’ comptoir i’ étot pas trop haut, in aurot dit qu’ i avot été calculé pour élle clientèle éd’ jeaunnes. Et i féjot pas trop clair parce qu’y avot pas d’lumière, que chés ferniettes alles faijotent vitrines d’exposition ; alors i valot miux y aller au matin ou à midi.

Avec eune pièche éd 50 ou 100 francs (plus tard ch’étot 50 centimes et un franc) j’ pouvos acater plein d’chuques ; et cha n’allot pas ête facile éd’ cujir, j’allos n’avoir pour un momint ! D’ailleurs, chétot souvint chu que j’ dijot à l’ femme qui attindot avec s’ pelle à chuques et sin sachet plastique : « je sais pas ce que je vais prendre ; je vais regarder ». Et j’ ravisos ; des centaines éd’ sortes : des serpents in gélatine (i fallot pas in prinde gramint d’ chés là passe qu’in avot vite fait d’ dépasser chés 100 grammes..), des rouleaux d’ zan avec eune pétite boule éd’ couleur au mitan, des bâtons d’guimauffes, des boules coco, des moricos avec du caramel collant au mitan (ancêtres des Mars ?), des chupétas, des carambars, des malabars (qu’in divisot un deux pour les faire durer pus longtimps et faire des grosses bulles) avec des décalcomanies sur l’invers dé ch’ papier qu’in collot sur ses bras pour faire des tatouaches, des soucoupes à l’aspirsa, des coquillaches à chucher, des lollipops, des Karaneiges, des souris caramel, des chuchettes Pierrot gourmand in évental sur des présentoirs, des fraisses tagada, des mures et des framboisses, des vertes et des pas mûres … L’imbarras du choix ! (photo 2 montage)

Avec chés carambars et chés malabars, in pouvot collectionner des points DH ; i fallot les découper sur chés imballaches , pis les coller sur eune feulle et les invoyer par la poste. I fallot gramint d’ points pour commincher à gagner des jux intéressants (apparel photo, patins à roulettes) ; mi, quand jé n’avos assez, j’ préféros avoir des planques à découper et à plier, comme éch’ camion Delespaul (vire élle photo 3).

Pus lon, derrière ch’ comptoir, i’ avot cor des tiroirs avec tous chés pétards, chés juets in plastique, chés toupies musicales, chés poussettes , baigneurs et tout ch’ fourbi à poupées … Et tout au bout des panoplies d’ cow boys, des arcs , des flèches, des pistolets ; des déguisemints d’ indiens, d’ mousquetaires, des armures éd’ chevallier … J’ pouvos qu’ les raviser . Jamais j’ n’auros eu assez d’ sous pour m’acater cha pour mardi gras. J’avos d’quoi m’acater juste un masque éd’ zorro avec un élastique. Élle cape, jé l’ fabriquos avec eune vielle gabardine à mémère, et min bidet i’ étot imaginaire. Chés zaffaires là, chétot pour chés gosses éd’ commerçants, d’ employés des grands bureaux ou d’ maites porions. Mais j’étos pas jaloux ; j’ ravisos passe que chétot biau, plein d’ couleurs, et d’ dentelles. Mais jé n’avos pas b’soin ; quo qu’ j’auros fait avec un capiau à plumes comme d’Artagnan, l’ cape avec eune crox d’ sus et ch’ l’ épée in plastique ? J’auros eu l’air éd’ quoi avec cha sur min dos dins min coron ?? … Tous mes camarattes i s’aurotent foutu d’ mi ..

Y avot aussi plein d’ juets et d’ bricoles in plastique : des soucoupes volantes qu’in lanchot avec eune tiote fichelle qu’in tirot in haut dé ch’ manche et pis des parachutes avec des soldats in plastique (qu’tous chés fils y féjotent toudis des touillages). Chés parachutes après, in les féjot nous minmes : in découpot eune rondelle éd’ plastique dins un sac qu’in coupot avec des ciseaux autour d’eune assiette, pis in féjot des pétits trous tout autour avec un coutiau pointu ; in y loyot des bouts d’fil à coeude (putôt « chinois »), qu’in rassemblot après pou y accrocher un soldat in plastique. In l’inroulot dins chés fils et in lançot ch’parachute in l’air él plus haut possibe dins l’cour ou dins ch’gardin ; mais souvint, à cause d’un coup d’ vint, i restot incrinqué dins ch’ marronnier ou su’ ch’toit ou cor pire i atterrichot amont dé ch’voisin ; alors i fallot n’arfaire un aute… Mais y’ avot des réserves : des soldats in plastique, jé n’avos des armées intières…(photo 4)

Quand in arrivot tout seu, él femme al nous demandot combien qu’in avot d’pièches ; et alle nous dijot tout chu qu’in pouvot avoir avec cha. Chés chuques, alle les mettot dins des pétits sachets in plastique. Pis souvint alle in rajoutot un ou deux d’dins avant dé l’ fermer. In partant in dijot « au revoir madame » et alles répondotent « au revoir mon garçon ». Jé n’ sais pas si alles zavotent eu des gosses, in tous cas, leu plaiji chétot d’rinde heureux tous chés jeaunnes dé ch’ quartier.


  ( 4 photos)  


Contact | ©2005-2021 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 2 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |