histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  TELEPHONE et FACTEURS partie 2 (29/09/2020)
  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)
  UN VIUX pinsées filozofiques (25/03/2020)
  BOITE A TOUBAQUE (23/03/2020)
  BRIQUETS (20/03/2020)
  TINCHON quincaillerie (11/03/2020)
  SPAR INGELAERE le billet a commissions (04/03/2020)
  LEROY Tissus et Rideaux (29/02/2020)
  Précisions concernant des messages trouvés dans le livre d'or (25/02/2020)
  i vont arvenir ch'est sur .... (23/02/2020)
  CHALMIN (22/02/2020)
  un joyeux anniversaire (20/02/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
ESCURSION IN BELGIQUE
par berlens78 le, 27/08/2020  

Aller in escursion in Belgique chétot toudis un évènemint ; cha quéyot souvint un diminche ou un jour férié ; j’ mettos mes belles soquettes blanques, mes claquettes, eune maronne courte avec eune quémijette blanque in nylon ; « t’as pas b’soin d’ pull over, i va faire du solelle tout l’ journée, Albert Simon i l’a dit dins ch’ poste ». Chés diminches là, in s’ rassaquot d’ bonne heure, qu’y avot tout l’ route à faire à l’ autobus. In déchindot l’ rue Alfred Leroy qu’y avot pas cor personne ; i faijot frisquet et j’avos l’ chair de poule sur mes bras. In arrivant au cercle ou devant l’ salle Paloma, ch’ bus i étot déjà là, et i attindot chés gins avec sin moteur in route, d’ dù qui sortot eune belle fumée bleue et caude que j’avos quère aller respirer. Pis in montot d’dins ; là, i faijot caud, chés gins i parlottent, chés jeaunnes i courottent dins l’allée centrale in faijant aller chés strapontins. J’ rintros in premier trouver eune belle plache conte ch’ carreau, pour raviser chés paysaches.Devant mi, chés sièges i zavotent eune housse blanque sur chés z’appuie-tête, et un cendrier in fer au mitan ; j’ soulevos discrètemint ch’ couverque des fos qu’ j’y auros trouvé eune cigarette pas cor finquée ou un grand mégot … J’intindos ch’ bus ronronner, pis deux tros coups d’accélérateur ; ch’ chauffeur i armontot sin carreau, mettot s’ casquette, aillonnot sin levier d’ vitesse ; et in étot partis ; in route pour la Belgique !

In Belgique, in allot souvint au Mont Noir, plus raremint à Dadizeele ; et eune fos, in avot fait l’ grande escursion qui faijot tous chés plages éd’ Belgique au matin et l’ après midi à Dadizeele. Là, y’ avot fallu s’ rassaquer vraimint d’ bonne heure, à 5h30 du matin et départ à 6h et demie. In étot passé au-d’sus d’ l’autoroute A1 qui vénot d’ête construit ; in n’avot intindu parler à ch’ poste à Radio Luxembourg et chétot un évènemint passe qu’in s’demandot bien à quoi qu’ cha pouvot arsenner : eune route pour des autos seulemint qui pouvotent pus s’arrêter? Bin commint qu’i faijotent pour picher ? ou pour minger ? Et ch’ matin là, ch’ chauffeur y s’avot arrêté su ch’pont au-d’sus dé ch’famux autoroute et tout le monde y avot collé sin nez à ch’ carreau. In n’ véyot qu’eune grande route toute droite, avec deux voées d’chaque coté pis un talus au miyeu ; et y’avot pas gramint d’ carettes ; mais cheux qui passotent, y roulotent à eune vitesse folle, in aurot dit qu’ chétot des autos d’course.

Ch’ l’escursion-là, in l’a fait qu’eune fos passe qu’i fallot s’ rassaquer trop d’bonne heure. In étot partis dé l’ rue Charles Marlard à Bruay, in étot passé pas long dé ch’ mont Cassel et à 8h in étot à La Panne sur l’esplanatte. La Panne, enfin, « De Panne » comme i disotent chés flamints. Au matin comme cha, y avot pas un tchien ; j’ véyos des grands immeubes serrés les uns conte les autes qui zavotent poussé presque sur la plache. Pis des bistrots tout du long. Déjà à ch’ t’ heure là cha sintot les frites, qu’ i zétotent déjà in route à faire cauffer chés bacs à graisse . In s’étot arrêtés là pour picher et boire quéque cosse. Et prinde l’air su l’digue qui étot pas comme à Berck, qu’y avot pas d’autos, pas d’ boucan, réservée pour chés gins à pied. (photos 1 et 2)

Après cha in étot partis à Oostende ; l’ ville-là j’m’in rappelle pas, chétot pas biau, trop grand ; y’ avot un port avec des grands batiaux. Et eune grande digue comme à Berck mais avec des immeubes plus hauts et gramint d’monde. In s’avot promené jusqu’à eune espèche éd’ grande gare vitrée in plein mitan qui zappelotent cha « le Kursaal ». (photos 3 et 4)

Après, in étot armontés dins l’autobus pour aller à Blankenbergue ; chétot cor à peu près parelle que La Panne mais chés immeubes y zétotent cor’ pus grands pis tout blancs ; au bout délle digue, y’ avot eune grande jetée avec un palais au bout dins l’iau : le « Pier ». In a fait l’ tour, ravisé par au’ d’ zeur delle barricade pour vire des pichons ; là in sintot bien l’air éd’ la mer. Pis armonté dins l’autobus qui nous attindot à l’aute bout dé l’digue. (Photos 5 et 6)

In a dû pique niquer in route et in est enfin arrivés à Dadizeele l’après-midi, à ch’ grand parc d’attractions, qui étot 10 fos pus grand qu’au Mont Noir. Pas seulemint ch’ parc qu’i étot pus grand, mais aussi chés toboggans, chés balanchoires, tout …

Jé m’ rappelle d’eune sorte éd’ grande passerelle suspindue faite avec des planques in bos et accrochée à des piquets, qui faijot l’tour dé ch’ parc ; i fallot s’ lancer in l’déchindant à toute blinte malgré qu’ cha balanchot fort, pour réussir à armonter in s’accrochant à chés cordes jusqu’à l’ plate forme. Cha faijot peur passe que chétot vraimint haut et j’étos pas rassuré, toudis la frousse éd’ passer au d’ zeur d’ chés rampes in cordages… Y’ avot aussi des balançoires, des tonniaux, comme à Bagatelle ; tous chés jux là chétot gratuit. (photos 7 et 8)

Et aussi un grand téléphérique qu’i fallot monter in haut d’eune grande équelle , attinde sin tour, attrapper ch’ cavalier que chti qui vénot d’ déchinde y’ rinvoyot ; des fos il l’ lançot pas assez fort alors i arcomminchot ; et si qu’i arrivot pas, les zautes derrière y comminchotent à crier pis a siffler . Alors ch’ tiot jaunne qui y’ arrivot pas i prénot plus d’élan mais sans plus éd’ réussite alors i criot « si t’es pas contint t’as qu’à v’nir él’ lancer ti-minme ! ». D’autes fos chétot l’ contraire : i l’ lançot trop fort et fallot s’arculler à temps pour pas l’ prinde in pleine guiffe. Et quand chétot min tour, jé m’ jétos dins l’vide éd’ bon coeur.

A l’ sortie dé ch’ parc, in étot au centre ville et y avot des magasins ouverts tout partout qui vindotent des cigarettes et du chocolat ; alors tout l’ monde i faijot l’ plein, in espérant d’ pas s’ faire prinde à la douane. Fallot pas les mette dins chés filets à bagages au- d’ sus d’ chés sièges passe que chés douaniers i ravisotent toudis là in premier ; in les mettot in d’ sous d’ chés sièges, au fond d’ chés sacs à main ; Mémère alle in mettot dins sin corsache et ses jupons. In intindot parler français tout partout, minme chés flamints i parlotent in français. Tous chés prix i zétotent marqués in francs français et in franc belches. Fallot faire attintion quand i rindotent él’ monnaie d’ pas s’artrouver avec des pièches belches, qu’in véyot d’ sus l’ figure dé ch’ roi Baudouin ou dé l’ reine Fabiola. Passe qu’après in pouvot pus s’in débarasser ; in pouvot toudis essayer dé z’ arfiler à chés commerçants d’ Bruay mais i z’avotent l’oeulle ! Ah si, des fos, in arrivot à les glicher dins chés machines à sous su l’ducasse « plaisir d’offrir » j’ cros bien …

Au soir, avant d’arpartir, in allot acater un paquet d’ frites dins un grand cornet qu’in mingeot dins l’autobus. In avot ses jouflettes tout rouches et cha brûlot tout partout dins sin cou , dins sin dos, sur ses gambes ; suremint des coups d’ solelle ou l’ grand air. In ouvrot l’in haut dé ch’ carreau dins l’autobus et chés rideaux i volotent in faijant d’ l’air. In mingeot cor du chocolat belche dins des barres qui n’avotent plein d’ sortes avec des mots écrits sur chés zimballaches qu’in i comprénot rien. Chétot trop bon. Après tout cha, m’ quémiche in nylon alle étot pus fort blanque, mais alle allot passer dins l’ lessiveusse él’ lendemain.

Aller in Belgique chétot un évènemint, avant d’ y aller et in arvénant ; j’avos des images plein m’ tête, des odeurs éd’ frites, éd’ nougat, d’ chocolat. Chés belles plages avec du sabe bien blanc, chés drapeaux tout partout qui flottotent au vint, chés gins avec des grosses figures tout rouches. Chés terrasses éd’ bistrots qu’in véyot chés gins attablés devant des verres à bière d’un demi lite, l’ mayonnaisse, ch’ picalilly … Bruay i paraichot bien triste quand l’autobus y’ arrivot au cerque, qu’i tournot autour éd’ prisunic, avec chés grands murs tout gris du lycée Carnot.

Aller in Belgique, chétot la vraie fête ; Tout le monde i étot bien mate mais contint. Vivemint qu’in y artourne ! Enfin, in rêve seulemint passe qu’aujourd’hui, à Dadizeele, DADIPARK ché pus qu’ des ruines … (photos 9 et 10)

Et sur chés plages et l’esplanatte , avec des masques, ché pus vraimint parelle …


  ( 10 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |