histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  ch'est du gardin (22/04/2018)
  dins zin gardin à Bruay y a queques temps partie 1 (14/04/2018)
  a sunday in hell (08/04/2018)
  te radotes (03/04/2018)
  Il y a 70 ans...déjà... (02/04/2018)
  ne jette pas ça malheureusse (30/03/2018)
  le rassaquache (29/03/2018)
  un souvenir des mutilés de guerre (25/03/2018)
  les mutilés de guerre (23/03/2018)
  Eul marchand d'carbon (23/03/2018)
  chanson Eum' petit' Brouette (23/03/2018)
  la porte de la pièce de devant (19/03/2018)
  le jeu d'bidets (17/03/2018)
  in pouvo pas finir ch' sujet comme cha (14/03/2018)
  vlà la terreur (14/03/2018)
  ch' buffet (12/03/2018)
  ché pinsions et l' facteur (10/03/2018)
  Al bonne fay ed Berlincourt-el Cauroy (09/03/2018)
  Le passé (08/03/2018)
  le boulodrome suite et fin (08/03/2018)
  le boulodrome (06/03/2018)
  des gouettes (05/03/2018)
  un autre fourneau à buée (04/03/2018)
  fourneau de buée cité des Électriciens (01/03/2018)
  ch' carbon in sac ou en vrac (27/02/2018)
  l'amicale des anciens de Carnot fête ses 80 ans (26/02/2018)
  plaque commémorative (26/02/2018)
  la plus pitite mason des houillères (24/02/2018)
  au cimetière du 3. (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
pélerinage en Artois, les Anglais partie3
par bourdonb le, 02/12/2005  

SOUVIENS-TOI DES COMBATTANTS « ANGLAIS » (suite)

Continuons notre route ...

Qui l'aurait prise en octobre 1915 aurait écrit : << La route file droit vers le Nord et descend, entre deux rangs de peupliers clairsemés, vers un vallon où se cache un village parmi les hautes futaies. Avant d'arriver aux maisons, la route fait un coude à droite, à la hauteur d'un bâtiment isolé entouré d'un jardin. C'est le a Cabaret rouge » . .

En 1976, sur le côté gauche de la route, avant d'arriver à ce coude, le Cabaret Rouge Bristish Cemetery - de Souchez dont l'entrée évoque un mausolée de style oriental. Un cimetière agrémenté d'arbres et d'arbustes aux essences multiples. Des tombes garnies de fleurs riches en couleurs.

Combien de soldats, marins, aviateurs dans ce champ de repos paradisiaque? 6000? 7000? dont 5 386 corps identifiés. De quels pays sont-ils? Du Royaume-Uni (4479), du Canada (732), de l'Australie (121), de l'Afrique du Sud (42), de la Nouvelle-Zélande (7), de Newfoundland (2), de Guernesey (2), de l'Inde (1).

Le R Cabaret Rouge Bristish Cemetery -, c'est la découverte d'une partie du r Commonwealth, c'est la décou¬verte de l'Empire britannique : un ensemble de pays unis à la Couronne par des liens d'allégeance (Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Union Sud-Africaine, Ceylan, Inde, Pakistan) ou par la reconnaissance du souverain de Grande-Bretagne comme chef du r Commonwealth

Plus d'un million de ressortissants de l'Empire britannique ont combattu sur les fronts d'Europe et d'Afrique. Dont 500 000 Canadiens, les plus motivés par leurs origines ancestrales.

Mis à part les Canadiens qui nous sont familiers, quels autres combattants pourrait-on mettre à l'honneur, combattants qui permettraient à la France de dire son plus grand merci à tous les soldats du Commonwealth?

Les Australiens arrivés en France à la fin de 1915? Des cavaliers qui poursuivaient le bétail dans les vastes plaines de leur pays ; des soldats aux manches retroussées et le col ouvert, des civils en uniforme se moquant de toutes les règles militaires, mais se ruant sur l'adversaire avec une frénésie jusque-là inconnue et employant des méthodes radicales. Lieu de leurs exploits : la Somme. A la manière forte, ils ont pris Bapaume.

Les Australiens n'ont pas démérité, ni les autres combattants du Commonwealth. Mais j'ai un faible pour l'Inde mystérieuse, pour ses maharajahs, pour ses habitants. Un faible pardonnable ? . .

Un jour de 1914, venant de leur lointain pays, convoyés par des navires anglais assistés de navires japonais, les Indiens ont débarqué à Marseille.

Quels sont ces hommes ? Des lanciers du Bengale, des Sikhs Singhs qui ont fait vceu d'abstinence et de ne jamais tourner le dos à l'ennemi, des Pathans et Beluchis de la frontière afghane accoutumés dès leur enfance aux combats de nuit, des Dogras du Cachemire, des Gurkas qui se lancent à l'assaut en faisant tournoyer leur coutelas.

Quelques jours après leur débarquement à Marseille, ils arrivent près d'Orléans où ils sont installés dans un camp français d'exercices. Jeanne d'Arc, du haut de son piédestal, verra défiler les lanciers du Bengale au port altier, la tête enturbanée, un long bambou souple à l'arçon.

Puis, c'est la montée vers le front. Avec leurs petits chariots primitifs, grinçants, tirés par des boeufs, ils sillonnent les routes sans que les riverains ne leur prêtent véritablement attention : ils ont déjà vu passer tant de soldats aux accoutrements variés et au teint différent !

Fin octobre 1914, les Indiens arrivent dans le Nord de la France alors que l'armée britannique, remontée de l'Aisne, subissait les assauts des troupes allemandes décidées à enfoncer le front entre Ypres et Béthune pour gagner la mer.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 8 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |