histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  in s installo comme au cinéma (15/12/2018)
  vlà ch' garde ... (15/12/2018)
  ch' fourneau partie 4 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 3 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 2 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
le graissier, chanson
par bourdonb le, 27/01/2006  

LE GRAISSIER

Chanson de Derousseaux

Avec plaisi, j'vos dîns l’bonn' vill' de Lille,
Des magasins brillants comme à Paris;
Mais comme ou aime un vieux portrait d'famille,
Du temps passé j'aime a r’vir les débris.
Aussi quand,j'pass' su' Plachette,
Tout joyeux j'm'arréte
Près d'un p'tit Graissier,
Et j'crie à m'érailler l'gosier.
Ah ! v’là l’parfait modèle du Graissier !
Qu'à ch't heure on appelle Epicier

Ch' n'est point pou' rien, mes brav's gins, que j' pourmire
Cheull' vieil' boutiq', grand' comme un écourcheu,
J' vas vous l' moutrer du dogt, pour ainsi dire,
Et vous l' trouv'rez pus curieuss' qu'un cat bleu.
Faut d'abord que j' vous einseinne
Qu'elle a pour einseinne,
Sur un banc tortu,
Un p'tit tonniau au lait-battu.
Ah ! v’là l’parfait modèle du Graissier !
Qu'à ch't heure on appelle Epicier

Mais n'allons point tout vir, habile ! habile!
Arrêtons-nou' un moumint su' l' trottoir
V'là des chabots, et, d' gros ramon', eun' pile,
Des ramonchaux, un grand tonniau tout noir
Uch' qu'on débit' de l' braisette,
Avec eun' pellette ;
Deux coués rimplis,
L'un, d' poir's cuite', et l'aute, d' puns cuits.
Ah ! v’là l’parfait modèle du Graissier !
Qu'à ch't heure on appelle Epicier

A ch't heure, introns. Sans parler d' l'épic'rie,
On y vind d' tout, comm' vous allez l' juger
V'là d' l'andoull' d'Air', tout comme à l' charcut'rie,
Des pains, des couque', autant qu'au boulainger ;
Près d'eun' rondell' de p'tit' bière,
Des choux, des puns-d'-tierre ;
Des hérings salés,
Dins d's haricot', accommodés.
Ah ! v’là l’parfait modèle du Graissier !
Qu'à ch't heure on appelle Epicier

Ch'est là qu'on vot des femm's du voisinache,
Tous les matins, fair' leus p'tit's provisions ;
In s' racontant, su' tout point, du ménache.
Les agrémint' et les tribulations,
l' s' faitt'nt servir un p'tit verre,
Ditt'nt : « Au nom du Père 1
Fait's qu'i' sot béni,
Ch'est l' premier qu' j'avale aujord'hui.
Ah ! v’là l’parfait modèle du Graissier !
Qu'à ch't heure on appelle Epicier

Et l'homm' qui tient cheull' petit' vieil' boutique,
A justemint tout l'esprit d' sin métier.
Réglant sin temps comme un papier d' musique,
Il est toudis l' premier l'vé du quartier.
Au point du jour, ouvre s' porte,
Presque aussitôt, sorte,
Et, sans s'écauffer.
In feumant s' pip', brûl' sin café.
Ah ! v’là l’parfait modèle du Graissier !
Qu'à ch't heure on appelle Epicier

Passez par là, dimanche' et jours de fiête,
Et vous l' verrez, tout comm' les jour' ouvrants,
Dins sin comptoir, mêm' s'il a fait s' toilette,
Avé l' costum' des r'vindeux du vieux temps
Un écourcheu à bavette,
In toil' bleusse et nette,
Un bonnet d' coton
Avec eun' mêch' comme un pompon.
Ah ! v’là l’parfait modèle du Graissier !
Qu'à ch't heure on appelle Epicier

Pou' s' fair' bien v'nir, quoiqu'il est assez chiche,
A nos infants, i' donn' des p'tits séquois,
Comme eun' tablette, un bâton d'pain-d'-curiche,
Et, s'lon l' coutume, à l'occasion des Rois,
A chaq' femm' de s' clientèle,
I' donne eun' candelle...
In veyant s' grosseur,
De l' pratique on connot l' valeur.
Ah ! v’là l’parfait modèle du Graissier !
Qu'à ch't heure on appelle Epicier

Et, pour finir, ch'l homm' qui n' sait point ses lettés,
Pour fair' ses compt's, n'a point b'soin d'écrivain.
Vous in s'rez sûrs, homm's, femm', garchons, fillettes,
Si vous intrez dins l' fond d' sin magasin,
Vous verrez, sur eune ardoisse,
Comm' dins l' langu' chinoisse,
Des zigzag' écrits
Ch'est là qu'i' marque ses crédits.
Ah ! v’là l’parfait modèle du Graissier !
Qu'à ch't heure on appelle Epicier


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |